Le dompteur de lions : un bon livre de chevet pour la semaine prochaine

Les amateurs de romans policier et tout spécialement de la saga Camilla Lackberg ont attendu finalement près de deux ans pour pouvoir tenir le livre entre leur main. En effet, sorti en Suède en 2014, il a fallu attendre tout ce temps pour l’avoir dans nos librairies et enfin, enfin, je me suis rendu compte qu’elle était disponible dans la librairie au coin de ma rue. Un exemplaire, le dernier de leur stock m’attendait. Aujourd’hui, je tiens donc à vous parler de ce roman de 400 pages, que j’ai finalement dévoré en deux jours.

Un roman qui m’a un peu déçue

             Après les deux jours que j’ai passé à lire le roman, je dois avouer que je suis un peu déçue quand j’en reparle aujourd’hui. En effet, en bonne amatrice de roman policier, j’ai évolué avec les personnages de ce livre durant ma lecture. De la rencontre au mariage, à l’arrivée des enfants aux drames aussi, et le souci, c’est que c’est là que tout reprend.

             On a dans Le dompteur de Lions, Erika qui écrit toujours sur un roman pour une vielle histoire, son mari le commissaire bon à rien qui n’arrive à résoudre ses crimes que par le biais de sa femme en réalité, celle-ci se mêle toujours des enquêtes de son mari et ce dernier lui pose toujours des questions qui l’impliquent encore plus dans tout ce qu’il a à faire.

             En bref, pour moi, le fond de l’histoire est tout simplement vide et fade, cela m’a beaucoup lassé et je ne suis pas du genre à être difficile question roman policier pourtant. Mais cette fois, ce fut la déception.

Une bonne note quand même

             Malgré cela, je dois avouer que l’on retrouve bien encore une fois dans ce nouvel opus, la plume de l’auteure. En dépit de cette déception au niveau de la trame de fond, je dois cependant avouer que l’enquête en elle-même a apporté du renouveau à l’histoire.

             En effet, pour la première fois, toujours selon mon humble avis, la violence du crime est plus prenante plus saisissante que jamais. Au début, je me suis dit que je devinais déjà la fin de l’histoire en atteignant la 100e page et pourtant, je vous avoue que je me suis complètement ramassée en lisant les deux dernières.

             L’écriture est encore et toujours très fluide, limpide et très plaisante à lire, raison pour laquelle j’ai pu le lire facilement au bout de deux jours, et pourtant je n’avais guerre le temps ces dernières semaines.

             Elle sait toujours comment nous faire croire qu’on a bien deviné tes tenants et les aboutissants de l’enquête dans les premières pages et pourtant, la fin qu’elle a choisie m’a littéralement fait tomber des nues.

             Le mot de la fin, je lui donne quand même une bonne note et je la recommande aux amateurs de roman policier. Malgré quelques points négatifs, Le dompteur de Lions reste un bon livre dans son ensemble.

Comments
  1. Bérénice | Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *