Quand sonnera l’heure des fous ?

L’heure des fous est un roman policier que je me suis autorisée à lire la semaine dernière. Une copine m’en avait déjà parlé, mais sur le moment, je n’ai pas trop tilté, je ne sais pas pourquoi. Mais bon, j’ai fini par sauter le pas et par me le procurer pour le lire. Oui, je suis passée à la liseuse, mais j’aime bien de temps à autre, me perdre dans les pages d’un livre neuf, en l’occurrence, L’heure des fous pour cette fois. Qu’est ce que je pense de ce livre ? Vous allez le découvrir bien assez tôt ne vous en faites pas.

Des personnages forts intéressants

             Si vous avez lu le résumé du livre quelque part, c’est bien, car j’ai décidé de ne pas m’attarder sur l’histoire aujourd’hui. Je risque de spoiler et cela gâche le plaisir de certains, aussi je vous promets que je me retiens. Alors, qu’est ce que j’ai aimé dans ce livre ?

             Dans un premier temps, ce sont les personnages, nous en avons plusieurs dans le livre et ils sont tous extra. En lisant simplement le livre, j’arrive même à imaginer à quoi ils pourraient ressembler dans la vraie vie.

             J’ai spécialement apprécié le capitaine Mehrlicht, un grossier personnage, mais aussi une encyclopédie vivante sur patte. Avec son équipe, ils font bien la paire : monsieur muscles Dossantos qui aime draguer Sophie sa coéquipière devenue habituée à ses conneries et enfin, Ménard, un petit stagiaire souffre douleur, mais qui tente de faire ses preuves en dépit de tout. Une équipe des plus bien formées quoi.

De vraies recherches pour plus d’originalité

             Ce que j’ai aussi beaucoup apprécié dans ce livre, c’est le travail de recherche dans lequel l’auteur s’est lancé, que ce soit dans le domaine historique ou bien culturel, ce qui lui a ainsi permis de donner à ce livre toute sa crédibilité dans la tête des lecteurs.

             Il a en effet utilisé de nombreuses références, mises là où il faut pour créer une histoire fabuleuse, une histoire comme vous n’en avez jamais vu, ou presque disons, car jusque-là, la perfection n’existe pas. Ce qui est sûr, c’est que j’ai dévoré ce livre d’une seule traite, je n’ai pas pu le lâcher avant de me rendre compte que l’heure de faire dodo était dépassée de bien loin.

             Le mot de la fin de madame la chiante aujourd’hui ? Eh bien, sans conteste, je vous recommande cette lecture. Je suis certaine que vous allez adorer.

Comments
  1. Eric | Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *