Ensemble et c’est tout : un peu de douceur dans un monde de brute

Vous avez sans doute remarqué que je suis du genre à me régaler des romans policiers, de ces livres qui vous parlent de choses sensationnelles, effrayantes à vous en retourner l’estomac, la plupart du temps. Je suis aussi très ouverte comme lectrice. J’aime bien me laisser tenter des fois par des romans plus légers, plus doux aussi. Ne m’en voulez pas trop, après le dernier livre que j’ai lu, don je n’ose même pas encore en parler, je vous avoue que j’en ai eu vraiment besoin. Aussi en allant à la librairie pour me chercher de quoi me mettre sous la dent pendant une nouvelle semaine, je suis tombée sur ce livre d’Anna Gavalda, dont on m’avait tant parlé. J’ai sauté le pas, une fois arrivée chez moi, j’étais déjà dans mon fauteuil pour commencer une nouvelle découverte, que je vais évidemment partager avec vous aujourd’hui. 

Un petit résumé ?

Ensemble, c’est tout est une histoire qui parle de la rencontre de 4 personnes qui quand on y pense n’étaient pas du tout sensées se connaitre. Destin ou hasard, ces 4 allumés, ces bons à rien aux cœurs purs vont cependant se soutenir d’une merveilleuse façon, pour se remettre de leur ancienne vie catastrophique.

 Camille est artiste, artiste femme de ménage qui dis avoir oublié comment dessiner et s’est réfugiée dans l’anorexie. Philibert est pour sa part un jeune aristocrate timide habitant un grand appartement, est passionné d’histoire et bègue. Il vit avec son colocataire, Franck qui est un très bon cuisinier avec une grande-gueule, mais qui par magie s’attendrit avec sa grand-mère, Paulette. Paulette a 83 ans, au bord de la mort, mais qui tient beaucoup à son petit fils.

Réunis dans cet appartement, ils vont ainsi faire l’expérience de la vie ensemble, la découverte de l’amitié, de l’amour, de la tendresse, des coups de gueule aussi, autant de choses qui vont les aider à se reconstruire petit à petit.

Un peu en retard, mais pas trop quand même

             Je tiens à préciser que ce livre est sorti il y a de cela bien des années, mais je ne me suis jamais donnée la peine de le prendre à la librairie. Pourquoi ? Je ne sais pas trop. Quand j’y pense, ce n’est pas mon style au fond, de tout ce que l’on m’en avait dit, j’en ai conclu que c’était sans doute un roman à l’eau de rose vieillot, mais j’ai été agréablement surprise par la profondeur de l’histoire.

             Je n’ai pas tellement de chose à dire sur ce livre, simplement que le long de ses 607 pages que j’ai dévorées, je suis passée du rire aux larmes avec leurs conneries. Des personnages attachants qui par ce livre nous donnent une leçon de vie : s’ouvrir aux autres, c’est parfois se trouver soi-même.

Comments
  1. Julien | Répondre
  2. Jeanne | Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *